DET ÄR FOLKETS        TUR NU AHORA LA GENTE        MAINTENANT LE PEUPLE !       AGORA O POVO !       DET ER FOLKETS TUR NU        NYT ON IHMISTEN VUORO!

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin

We are a european alliance uniting 6 political formations.

Together, we want to support the citizen revolution against austerity and liberal policies.
We fight for social and climate justice.

The alliance

🇵🇹 Bloco de esquerda

🇩🇰 Enhedslisten

🇫🇷 La France insoumise

🇪🇸 Podemos

🇸🇪 Vänsterpartiet

🇫🇮 Vasemmisto

Latest news

Global Climate Strike : our demands

For the present and the future, Now The People defends a Europe that protects the planet and citizens.

COP24 : our Planet is not a commodity

“Do as I say, not as I do.” The expression perfectly sums up European leaders’ climate policy. On Wednesday 28 November, Miguel Arias Cañete, the European Commissioner for Climate Action, said: “The EU has already started the transformation towards a climate neutral economy“.

Now the People is getting stronger !

On the 27th of june has signed a common declaration with 6 different partis all around Europe. Together, as progressive forces, they want a new project for the European peoples.

Agenda

📅 8 march 2019

📅 15 march 2019

📅 13/14 april 2019

📅 1 may 2019

Global climate strike : our demands

For the present and the future, Now The People defends a Europe that protects the planet and citizens

We want the Ecological transition !
We want climate and social justice ! 
And when do we want it ? Now !

Now the People call :

  • For immediate binding climate objectives and a court for climate and environment justice
  • For a European green rule: end the quest for profit and rethink the functioning of our society according to ecosystem’s limits
  • For a new green deal: Launch of a massive public investment plan for a 100% renewable energy model, to renovate housings, tackle energy poverty and put energy sobriety forward
  • For a new agricultural model and good food for people: Guarantee good quality food and promote local and ecological agriculture; restrict drastically the use of pesticides; promotion of short circuits
  • For a new mobility: Develop gentle mobility and free public transport, especially local railway lines for rebalancing the territories; give preference to rail freight
  • For wildlife and nature: Protect biodiversity and natural areas inside and outside Europe
  • Public services are good for the planet: Recognise water and energy as common goods and develop public services
  • Stop the old world that destruct the planet: Stop fossil fuels subsidies, free-trade agreements like the CETA and big and useless projects, Unmask greenwashing and fight against false solutions like nuclear energy, “natural” gas, geoengineering and the carbon market

COP24 : our Planet is not a commodity

Younous Omarjee, La France Insoumise MEP, France
Xabier Benito, Podemos MEP, Spain
Marisa Matias, Bloco de Esquerda MEP, Portugal
Søren Søndergaard, MP and EU-affairs spokesperson, Enhedslisten – the Red-Green Alliance, Denmark
Jens Holm, MP, Vansterpartiët, Sweden

“Do as I say, not as I do.” The expression perfectly sums up European leaders’ climate policy. On Wednesday 28 November, Miguel Arias Cañete, the European Commissioner for Climate Action, said: “The EU has already started the transformation towards a climate neutral economy“. However, behind the green varnish, the European Union continues to feed the causes of climate change to the fullest extent. Moreover, when it comes to hypocrisy, Emmanuel Macron is undoubtedly the best. While he is being crowned “champion of the Earth”, France’s greenhouse gas emissions have risen once again.  

The United Nations Climate Conference, COP 24, currently taking place in Katowice, Poland, in early December is supposed to put an end to the ostrich policy on climate change. At the end of 2015, at COP 21, most countries in the world pledged to take the necessary measures to prevent disaster. But the clock is ticking and actions are yet to follow.

As it stands, even if the commitments of COP 21 were met, it would lead us to global warming of 3.2°C. The special report of the Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) is unequivocal: every effort must be made to limit global warming to 1.5°C, and for this reason the time available is extremely limited. In the Katowice Summit, states therefore have the responsibility to increase their commitments to this common effort.

The Earth has already warmed by 1.1°C and the consequences are already being felt. Biodiversity losses are enormous and extreme weather events are becoming more and more frequent, as the recent fires in California and in Europe – particularly in the Southern countries -, have tragically reminded us.

But this is only a glimpse of what awaits us if we fail to act. According to the IPCC, a difference of only half a degree could have enormous consequences on living conditions. Between 1.5°C and 2°C, the loss of natural habitat for vertebrates doubles. Between +1.5°C and +2°C, sea levels will rise by an additional 10 cm, which translates to up to 10 million more people being under water.

However, solutions do exist. But, to implement them, we must break with the dominant framework. In its mad rush, the capitalist system is pushing the boundaries of ecosystem exploitation a little further every day. In the age of unbridled finance, productivism and the pursuit of profit have taken precedence over all other considerations.

Green growth is a chimera. Within the framework of the European Union, any ambitious environmental policy is in conflict with the treaties: the Fiscal Compact prevents states from setting up a major public financing plan for ecological transition. The European architecture allows lobbyists to impose anti-environmental preferences, as glyphosate and the Monsanto Papers have shown. Free trade agreements, like CETA, challenge sustainable local productions.

Building alternatives

In her book ‘This Changes Everything,’ Naomi Klein points out that global warming can be an opportunity. When the system runs into a wall, it’s time to reinvent how it works. This means a new way of producing and consuming.

Right now, ecological experiments are emerging. In Spain, the ayuntamientos del cambio, or “Town Halls of Change”, have municipalized energy services in order to ensure supply to the most modest households and produce renewable electricity. At the same time, activists in Ende Gelände are blocking the extraction of coal, the most damaging fuel for the climate.

The fight against climate change is global by nature. Amongst others, President Trump’s climate policies should not be used as a false pretext for not redoubling our own efforts. Moreover, we must not forget Europe’s historical responsibility for greenhouse gas emissions. Europe must guarantee the mechanisms that enable the South to develop in a sustainable and fair way.

In its long-term strategy to reduce greenhouse gas emissions, the European Commission plans to reach the climate neutrality by 2050. Not only is this target insufficient – we must aim for zero emission by 2040 – but it is also unreachable with current methods and tools. At the beginning of November, with the support of all major political groups, including the Greens, the EU adopted its renewable energy and energy efficiency targets for 2030, which were 32% and 32.5% respectively. With such low targets, it is clear that their long-term objectives are a pious wish. In addition, the Commission is proposing false solutions, which are as dangerous as they are uncertain, such as nuclear power, and carbon capture and storage. The EU must urgently increase the national contributions to the Green Climate Fund in preparation for the COP. The possibility of purchasing carbon emission credits, sponsored by the EU, and the support to the fossil-gas industry – when we should be getting rid of fossil fuels -, are clear examples of the incoherent European policies in this field. It is the planet given to the markets and profit. But the environment isn’t a commodity, it is our life.

The European Union must break with the “golden rule” of the Fiscal Compact and instead pursue a “green rule,” that no more resources should be taken from nature than it can replenish. There’s no Planet B. Water and energy must be recognized as common goods, natural areas such as forests that naturally store carbon must be protected and peasant and ecological agriculture must be promoted.

Only these profound transformations will make it possible to put an end to the global catastrophe that has begun, while at the same time creating the sustainable and quality jobs that promote technological transition, mitigation and adaptation to climate change, that respond to the social emergency in all of our countries.

Maintenant le Peuple !

Déclaration de Bruxelles, le 27 juin 2018

Ensemble, nous, forces progressistes, voulons un nouveau projet pour les peuples européens.

Nous nous opposons aux traités fondateurs de l’Union européenne qui placent les droits et les intérêts des entreprises au-dessus du droit et des intérêts des peuples et de la planète.

L’Europe n’a jamais été aussi riche tout en étant si inégale. 10 ans après l’éclatement de la crise financière, nous voyons que les dirigeants européens nous ont condamnés à une décennie perdue. L’application dogmatique et irrationnelle des politiques d’austérité n’a résolu aucun des problèmes structurels qui ont fait émerger cette crise. Au contraire, l’Union a sauvé les banques et leurs propriétaires, quand les coûts et les reproches ont dû être endossés par les peuples qui, eux, ont souffert et continuent de subir les sévères politiques d’austérité affectant leur bien-être et leurs droits. Cette politique doit être abandonnée.

Cela signifie que nous avons besoin d’autres règles européennes, libérées du dogme de la libéralisation du marché, des règles qui placent l’humain et la planète d’abord.

Il est temps de rompre avec les traités européens antidémocratiques. Il est temps de construire un nouvel ordre qui réfute l’austérité forcée et la promotion du dumping social et fiscal. Il est temps pour ceux qui croient en la démocratie et en la justice sociale de briser cette spirale descendante. Ensemble, nous voulons travailler à un changement réel pour les peuples, contre l’ancien ordre injuste.

Jamais le besoin n’a été aussi grand pour un mouvement progressiste et une coopération internationale fondée sur la démocratie et la solidarité. Le choix des peuples ne peut se trouver enfermé entre le statu quo néolibéral et l’extrême droite. Nous offrons une véritable alternative:

Nous lutterons contre le dumping social et pour des droits sociaux sécurisés. Les droits des travailleurs à la protection sociale, les lois et les conventions collectives doivent primer sur la libre circulation des entreprises. Nous nous opposons à ce que les travailleurs soient mis en concurrence les uns contre les autres, et voulons un espace de convergence sociale par le haut. Par conséquent, nous devons rompre avec les traités européens et abandonner le semestre européen. La coopération européenne doit être basée sur un protocole social qui place les conditions de travail et les droits sociaux et collectifs au-dessus de la libre circulation des services et des capitaux.

Nous exigerons une justice fiscale et un système financier équitable, car la libre circulation des capitaux ne doit pas être prioritaire par rapport au bien-être humain. Ensemble, nous nous opposerons à l’évasion fiscale et aux paradis fiscaux, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Union européenne. Nous travaillerons ensemble pour faire en sorte que les banques servent l’intérêt général et non les intérêts d’une poignée. À cette fin, nous nous efforcerons aussi de garantir le droit au contrôle public et le droit à la propriété publique du secteur bancaire.

Nous lutterons contre le changement climatique et pour la durabilité écologique. La réduction des émissions de gaz à effet de serre doit être une priorité essentielle. Nous devons donc rompre avec l’approche de l’Union fondée sur le marché face au changement climatique. Au lieu de cela, nous avons besoin d’une approche claire basée sur le climat, ainsi que d’investissements publics dans des énergies propres et sûres et des technologies vertes.

Nous défendrons l’égalité et les droits des femmes. Les attaques de l’Union européenne contre les structures et les services sociaux dans de nombreux pays constituent une menace pour l’égalité et les droits des femmes. Cela doit changer et l’égalité doit être réalisée en faisant de ce principe un élément central de toutes les politiques européennes. Nous défendons le droit à des avortements sûrs et légaux et nous opposons à toutes les formes de violences sexistes.

Nous exigeons des politiques commerciales internationales démocratiques et durables et rejetons les accords de libre-échange. Les intérêts des grandes entreprises ne peuvent pas passer outre les décisions démocratiques visant à protéger et renforcer la sécurité sociale, économique et écologique. Par conséquent, les clauses d’investissement donnant aux entreprises le droit de poursuivre les États doivent être retirées de tous les accords commerciaux de l’Union européenne.

Nous défendons le droit d’asile et nous opposons à l’Europe forteresse. Des personnes fuient leurs pays à cause de guerres, de conflits et de la pauvreté, ces migrations sont aussi souvent la cause de politiques interventionnistes et militaristes conduites dans par des pays tiers. L’Europe doit être un continent où les personnes cherchant refuge se voient garantis leurs droits et leur sécurité. Nous nous opposerons aux politiques xénophobes et racistes partout où elles menacent la démocratie et la dignité humaine.

Nous nous opposons à la militarisation de l’Union européenne. Aucun fonds budgétaire ne devrait aller à l’armement. Nous voulons l’interdiction effective de l’exportation d’armes vers les dictatures, les pays en guerre et les pays qui violent les droits de l’homme. Nous travaillerons communément pour mettre fin aux politiques extérieures néo-coloniales de l’Union et à la spoliation des ressources des autres pays.

Dans l’esprit de la Déclaration signée à Lisbonne le 12 avril 2018, nous collaborerons et ferons campagne à travers l’Union européenne sur ces questions. Nous sommes pour un changement fondamental. Nous n’en pouvons plus d’attendre. Nous voulons une coopération juste et équitable – fondée sur la démocratie et la solidarité – qui respecte la souveraineté du peuple et serve les intérêts du peuple.

Il est temps de construire l’Europe des peuples!

Et maintenant, le peuple!

March 8, 2019 : Women’s Rights Day

Everywhere in Europe, millions of people will be in the streets for the Internatinal women’s rights day.

Find the informations on the partys’ websites.

March 15, 2019 : Global Climate Strike

Join us in supporting the People’s climate strike. On March 15, the face of the movement Greta Thunberg calls for global strike to denounce the governors inertia facing the climate emergency. Actions will take place in cities and villages across the globe.

All the informations on the partys’ websites.

13/14 april 2019 - plan b summit

More informations to come soon…

 

april, 25th : meeting in Lisbon

More informations to come soon…

 

May 1st, 2019 : Labor day

Labor Day is a worldwide tradition reminding us every year the endless fight for social justice.

Find the informations on the partys’ websites.

Pour une révolution citoyenne en Europe

Déclaration de Lisbonne, le 12 avril 2018

L’Europe n’a jamais été aussi riche qu’aujourd’hui. Elle n’a jamais non plus été aussi inégalitaire. Dix ans après l’explosion d’une crise financière pour laquelle nos peuples n’auraient jamais dû avoir à payer, nous constatons aujourd’hui que les gouvernants européens ont condamnés nos peuples à une décennie perdue.

L’application dogmatique, irrationnelle et inefficace des politiques d’austérité n’a réussi à résoudre aucun des problèmes structurels causés par cette crise. Au contraire, elle a généré une immense souffrance inutile pour nos peuples. Avec le prétexte de la crise et de ses plans d’ajustement, les gouvernants ont essayé de démanteler les systèmes de droits et de protections sociales qui ont demandé des décennies de luttes pour être obtenus. Ils ont condamné des générations de jeunes à l’immigration, au chômage, à la précarité, à la pauvreté. Ils ont frappé avec une cruauté particulière les plus vulnérables, qui sont ceux qui ont le plus besoin de la politique et de l’État. Ils ont essayé de nous habituer à ce que chaque élection se transforme en un choix entre le statut quo libéral ou la menace de l’extrême droite.

L’heure est arrivée de rompre avec le carcan des traités européens qui imposent l’austérité et favorisent le dumping fiscal et social. » L’heure est arrivée que ceux qui croient en la démocratie franchissent une nouvelle étape pour rompre cette spirale inacceptable. Nous devons mettre un système économique injuste, inefficace et insoutenable au service de la vie et sous le contrôle démocratique des citoyens. Nous avons besoin d’institutions au service des libertés publiques et des droits sociaux, qui sont la base matérielle même de la démocratie. Nous avons besoin d’un mouvement populaire, souverain, démocratique, qui défende les meilleures conquêtes de nos grands-mères et de nos grands-pères, de nos pères et de nos mères, et puisse léguer un ordre social juste, viable et soutenable aux générations futures.

Dans cet esprit d’insoumission face à l’état actuel des choses, de révolte démocratique, de confiance dans la capacité démocratique de nos peuples face au projet défunt des élites de Bruxelles, nous faisons aujourd’hui à Lisbonne un pas en avant. Nous lançons un appel aux peuples d’Europe pour qu’ils s’unissent sur la tâche qui consiste à construire un mouvement politique international, populaire et démocratique pour organiser la défense de nos droits et la souveraineté de nos peuples face à un ordre ancien, injuste et en échec qui nous emmène droit au désastre

Ceux qui veulent la défense de la démocratie économique, contre les grands fraudeurs et le 1% qui contrôle plus de richesses que tout le reste de la planète ; de la démocratie politique, contre ceux qui font ressurgir les drapeaux de la haine et de la xénophobie ; de la démocratie féministe, contre un système qui discrimine chaque jours et dans tous les domaines de la vie la moitié de la population ; de la démocratie écologiste, contre un système économique insoutenable qui menace la continuité même de la vie sur la planète ; de la démocratie internationale et de la paix, contre ceux qui veulent construire une fois de plus l’Europe de la guerre ; ceux qui partagent la défense des droits humains et des principes élémentaires du bien vivre trouveront dans ce mouvement leur maison.

Nous en avons assez d’espérer. Nous en avons assez de croire ceux qui nous gouvernent depuis Berlin et depuis Bruxelles. Nous mettons la main à l’ouvrage pour construire un nouveau projet d’organisation pour l’Europe. Une organisation démocratique, juste et équitable qui respecte la souveraineté des peuples. Une organisation à la hauteur de nos aspirations et de nos besoins. Une organisation nouvelle, au service du peuple.

Share on facebook
Share on google
Share on twitter
Share on linkedin

Meet the people who are working for the alliance. For a brief moment, they explain what Now The People! is fighting for : social and climate justice !

Share the video !

The real change will come from the people

Now the People ! – april 17, 2019

L’Union européenne est à la croisée des chemins. Fera-t-elle partie de la solution à la crise climatique ou du problème? Restera-t-elle accrochée à des politiques infructueuses orientées vers les seules logiques de marché ou choisira-t-elle une direction différente? L’extrême droite utilisera-t-elle l’UE pour répandre l’intolérance ? Ou serons-nous en mesure de transformer la coopération européenne en une coopération fondée sur la solidarité? Une certitude, pour relever les défis qui nous attendent nous devons sortir des Traités européens actuels.

Des sociaux-démocrates aux conservateurs, l’élite politique de l’Union européenne s’est mise d’accord pour mettre en œuvre des politiques économiques qui accroissent les inégalités, renflouer les banques et couper d’abord dans les budgets pour les politiques sociales. Les grandes entreprises et les lobbyistes tiennent la plume de l’agenda politique européen, quand les droits des travailleurs et les questions environnementales sont eux à peine abordés. Les sociaux-démocrates européens et droites européennes ont fusionné pour mettre aux commandes une élite qui considère que les privatisations et toujours plus de marché sont les solutions à tous les maux. Pendant ce temps, les gens ordinaires subissent eux insécurité économique et précarité. Alors que l’oligarchie sirote du champagne dans des hôtels à Bruxelles, les inégalités économiques en Europe s’aggravent. Il ne faut donc pas s’étonner que les gens perdent confiance dans le système. Et que certains se tournent vers l’extrême droite pour obtenir des réponses.

Les élections européennes de 2019 pourraient être un succès pour les partis d’extrême droite. Pourtant ce sont des partis qui lient le racisme à la misogynie et aux attaques contre la communauté LGBTQ. Des partis qui s’attaquent au droit du travail en instaurant la semaine de travail à 60h comme en Autriche et veulent limiter la liberté de la presse. Ils prétendent défendre la liberté d’expression mais constituent en réalité sa plus grande menace.

Les fascistes s’organisent et cherchent à prendre le pouvoir dans l’UE. Nous sommes ceux qui de la manière la plus résolue les combattons pour que cela n’advienne pas. Ils prétendent être ceux qui défient les élites de l’UE et les politiques libérales, mais ils sont en réalité l’assurance vie du système. Libéraux et extrême droite sont les deux faces d’une même pièce. Là où ils répandent la haine et le racisme, nous semons nous la solidarité et soutenons ceux qui souffrent des effets de leurs politiques.

Nos mouvements représentent la véritable alternative dans ces élections, et nous sommes de plus en plus grand. Nous voulons voir émerger des politiques globales pour sauver le climat. Nous voulons mettre fin aux politiques ordo-libérales dévastatrices et bâtir des systèmes sociaux plus solides. L’issue des élections européennes de mai pourrait être un moment décisif pour l’UE et notre message est clair. Nous sommes disposés à faire quelque chose que l’élite européenne ne peut ni ne veut faire : proposer de vraies solutions face aux problèmes aux politiques libérales dressées contre les peuples.

Ce n’est pas un secret que de dire que la crise climatique est face à nous. Et la politique climatique que l’Europe mettra en œuvre dans les prochaines années aura un impact mondial. Ce sont nos mouvements qui portent les politiques climatiques les plus cohérentes, car il sera impossible de sortir de l’impasse climatique dans laquelle nous sommes sans sortir des Traités européens actuels. Nous ne nous contenterons pas de changer de politique d’investissement. Nous voulons mettre fin à notre dépendance aux combustibles fossiles et couper les liens avec les puissants intérêts économiques qui génèrent d’énormes profits en détruisant la planète. Pour nous, la question du climat est liée à la fois à l’égalité et à la démocratie. Nous proposons d’améliorer les déplacements en train, l’élimination des combustibles fossiles et le renforcement des investissements écologiques. Mais nous voulons aller encore plus loin.

La menace climatique diffère des autres questions politiques en ce que le temps presse. Nous n’avons pas le luxe d’attendre. Chaque année qui passe, ce sont des émissions de CO2 supplémentaires qui s’accumulent dans l’atmosphère qui affecteront notre planète pendant des siècles, voire des millénaires. Chaque année qui passe sans action limite nos possibilités. Selon le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), les dix prochaines années sont cruciales pour l’humanité. Le Parlement européen est élu pour un mandat de cinq ans, ce qui signifie que les politiciens élus en mai dirigeront l’UE pendant la moitié de ces dix ans et auront en ce sens un rôle déterminant.

La montée de l’extrême droite et la crise climatique sont tous deux liés en ce qu’elles ont été enfantées par l’économie et l’élite pro-marché. La menace du chômage répand l’angoisse économique et les inégalités déchirent nos sociétés. Ceux qui croient que les gens accepteront discrètement l’injustice sociale croissante se trompent.

La logique du capitalisme est le carburant qui alimente la hausse continue des émissions de CO2. L’oligarchie laisse les forces du marché faire alors que nous savons que le marché ne peut pas résoudre la crise climatique. Ils placent leurs profits avant la planète, et ce alors même que notre planète est en train de mourir. Nous devons tous nous demander: à quoi peuvent bien servir les politiciens qui pensent l’humanité uniquement sous le prisme des individus et refusent de voir notre interdépendance fondamentale? À quoi servent aussi les partis politiques qui ne veulent pas s’attaquer aux multinationales qui sont parmi les plus grands pollueurs sur la planète ? Pour sauver le climat, nous avons besoin de politiques prêts à affronter les grandes entreprises et les lobbyistes. Des politiciens qui croient que le changement est possible et qui comprennent qu’ensemble, nous pouvons faire la différence.

L’Europe a aussi besoin d’une meilleure forme de coopération, plus démocratique. Il faut redonner plus de pouvoir aux États et aux peuples, et les intérêts des grandes entreprises doivent être mis en échec. Nous voulons reprendre le pouvoir aux bureaucrates et aux lobbyistes européens. C’est pourquoi la coopération entre nos mouvements est importante dans cette campagne électorale. Nous lancerons un appel aux électeurs ensemble et parlerons de notre alternative.

Nous voulons utiliser notre position critique vis-à-vis de l’UE pour créer une coopération européenne plus démocratique, plus juste et plus durable. En lieu et place de la résignation, nous voulons insuffler l’espoir et la détermination. Lorsqu’un gouvernement propose une réforme progressiste et humaniste au lieu de suivre les ordres de l’UE, nous le soutenons. Lorsque les États membres refusent d’accepter des privatisations de masse, nous les soutenons. Quand l’UE fait le choix augmenter les dépenses militaires, nous proposons nous de dépenser cet argent pour inverser le changement climatique. C’est notre message aux électeurs lors de cette élection.

Nous ne pouvons imaginer qu’il y ait quoi que ce soit de plus important que de sauver le climat et faire reculer l’épidémie d’autoritarisme et de racisme. Ne vous méprenez pas, vous, les peuples détenez la clé du changement en Europe.

Jonas Sjöstedt, Député, Président du Vansterpartiet (Suède),
Manon Aubry, tête de liste aux élections européennes, La France Insoumise (France),
Miguel Urban, député européen, Podemos (Espagne)
Marisa Matias, députée européenne, Bloco de esquedra (Portugal)
Nikolaj Villumsen, député, tête de liste aux européennes, Enhedlisten (Danemark)